Morceaux choisis : à chacun de se faire une opinion 

 
Tous les extraits reproduits ici sont issus de l’article de Libération (Le piège des crédits en franc suisse - 19/01/2015).
 
 
 «Une fois la fébrilité actuelle sur les taux de change apaisée, BNP Paribas Personal Finance prendra les mesures adaptées à la situation individuelle de chacun.» (extrait de son communiqué de presse)
 
Face à ces angoisses, BNP Paribas Personal Finance minimise la gravité immédiate de la situation des emprunteurs. «Il est important de souligner que cette fluctuation [du franc suisse, ndlr] n’a pas d’impact à court terme sur la trésorerie des clients emprunteurs», indique la banque à Libération. Sous-entendu : une baisse du franc suisse face à l’euro, ferait à l’inverse, baisser le montant du capital dû par les souscripteurs d’Helvet Immo. Problème : depuis 2008, la monnaie helvétique n’a cessé de progresser face à la devise européenne. «Ces prêts n’auraient jamais dû être commercialisés car, dès 2007, la BNP disposait de données monétaires publiées par la BNS et des études de l’OCDE [Organisation de coopération et de développement économiques] soulignant la probabilité d’une hausse du franc suisse face à l’euro», pointe Me Constantin-Vallet.
 
 
Les victimes doivent-elles comprendre que la BNP ne mesure toujours pas sa responsabilité dans la diffusion de ce prêt hautement toxique ?
 
Le discours de la BNP est-il compatible avec sa nouvelle signature  « Plus Responsables, ensemble » ?
 
Face à une telle intransigeance de cette Banque, qui se veut Responsable, nous recommandons à tous les emprunteurs de ne pas hésiter à agir par voie judiciaire contre la BNP et ses intermédiaires.